Chercher

05 -07-2018

5 raisons pour lesquelles il faut également faire des RP B2B dans les médias généralistes

05 -07-2018

5 raisons pour lesquelles il faut également faire des RP B2B dans les médias généralistes

Les RP pour le B2B et le B2C… On a parfois l’impression qu’il s’agit de deux disciplines bien distinctes. Et dans un certain sens, c’est le cas, avec d’autres groupes cibles et d’autres médias. Pour toucher un public B2B, nous devons absolument passer par un média B2B, non ?

Oui et non. Il est vrai que la presse spécialisée constitue une arme de RP indispensable pour la plupart des responsables marketing qui travaillent en B2B, mais elle n’est certainement pas la seule. Voici donc cinq raisons qui expliquent pourquoi les professionnels de la communication B2B doivent également s’intéresser aux médias généralistes.

Les médias spécialisés sont mis sous pression.

Dans l’ensemble du Benelux, on voit que les médias spécialisés sont de moins en moins nombreux. Les médias B2B deviennent rares dans de nombreux domaines, surtout en Belgique et au Luxembourg. Tous ces médias cherchent – à juste titre – des façons d’assurer leur survie. Même s’ils proposent du contenu de qualité, de nombreux marchés verticaux associent aujourd’hui ce contenu rédactionnel à un investissement commercial. Chez LVTPR, nous avons appris à nos clients B2B à vivre avec cette réalité, mais elle les force à faire des choix. Les médias généralistes, par contre, ont des rédactions indépendantes dans lesquelles un contenu amusant, surprenant ou innovant a une chance. À condition, bien sûr, de bien gérer ce contenu, avec une approche non commerciale qui soit pertinente pour la société.

Dans les médias généralistes, on peut communiquer avec plus de créativité.

Dans les médias généralistes, vous pouvez faire passer un message avec davantage d’originalité, dans un contexte social plus large, tandis que dans les médias spécialisés, vous pouvez parler plus en détail des informations techniques et commerciales. En utilisant ces deux paysages média, vous pouvez ainsi dresser un portrait plus large de votre entreprise et de ses services.

Les décideurs pensent – en partie – comme les consommateurs.

Bien évidemment, les achats ne se passent pas de la même façon dans les grandes entreprises que dans la vie privée… à moins que vous n’ayez un département achat aussi pénible à la maison ! Mais quand même : les critères de base qui nous conduisent, en tant que particulier, vers un choix A ou B sont les mêmes que pour le décideur professionnel. Dois-je faire confiance à ce fournisseur ? Est-ce que je pense qu’il pourra résoudre mon problème ? Offre-t-il le meilleur rapport qualité/prix ? Les décideurs sont donc sensibles au même type d’argumentation et de tone of voice que les consommateurs.

Les influenceurs ont aussi leur importance.

Votre produit B2B a peut-être également un impact sur le travail et/ou la vie privée des employés de vos clients. Smartphones, hygiène sanitaire, vêtements de travail, fournitures de bureau, voitures de société, livraison de fruits… La liste est infinie. Et c’est la même chose pour les services : des salaires qui sont versés avec du retard, une équipe de nettoyage grincheuse qui ne nettoie pas les bureaux à fond… Vous pouvez être sûr qu’ils en parleront autour de la machine à café ! Les employés de votre groupe cible sont donc de véritables influenceurs, que vous pouvez toucher grâce aux médias généralistes.

Les décideurs aussi lisent le journal.

Vous pouvez donc aussi les atteindre par cette voie-là !

Vous savez maintenant pourquoi les médias généralistes doivent absolument faire partie de votre stratégie B2B, mais vous ne savez toujours pas comment faire. Il y a, évidemment, énormément de do’s and dont’s, dont nous serions ravis de vous parler pendant un entretien.